Dérives (in)humaines

C’est avec une consternation mêlée d’effroi que le Valais a découvert, il y a quelques jours, un cas de zoophilie dénoncé dans la presse.

Une fois de plus, nous sommes amenés à faire le terrible constat suivant :

l’animal est maltraité, l’animal est brutalisé, l’animal est outragé.

Les agissements commis sont abjects et heureusement condamnés par la loi ; ils font partie des faits contre lesquels notre association se bat. Notre association, inlassablement, les dénoncera.

La SPA Valais tient à remercier le Service vétérinaire cantonal, dans son ensemble, pour avoir agi, avec professionnalisme et rigueur, pour que cette loi soit appliquée.

Combattre la zoophilie est l’une, parmi de nombreuses autres, de nos raisons d’être. En effet, la SPA Valais dénoncera sans relâche cette pratique révoltante. Elle agira avec fermeté pour que les auteurs de ces ignominies soient appréhendés et condamnés.

Nous regrettons cependant la légèreté du verdict formulé par les instances pénales compétentes, verdict prononcé malheureusement sur la base d’une législation en vigueur encore trop laxiste qui mériterait d’être revue. Au moment de sa rédaction, le contexte était différent , la législation en vigueur été établie  en un temps où  le souci de la protection de l’animal n’avait pas l’acuité qui ‘il a aujourd’hui.

Aussi devons-nous maintenant militer et agir pour obtenir un durcissement de la loi et, fidèles ainsi à notre vocation, défendre au mieux la cause animale.

C’est avec cet objectif que nous appelons la population à se montrer vigilante et à continuer à soutenir nos valeurs et nos combats pour le respect des animaux.

Quant à nous, forts de votre soutien, et grâce à des moyens sans cesse croissants, nous ne laisserons jamais rien passer.

Biliana Perruchoud 

Présidente SPA Valais

Partager